Projets

Bourses d'études Honduras 2018

Bourses d'études Honduras 2018

Notre voyage au Honduras, en septembre 2017, nous a démontré la portée extraordinaire qu’a le projet de la Pastorale Sociale de l’Enfance là-bas. Nous nous sommes rendus compte que c’est beaucoup plus que des bourses d’études que le Pont donne aux enfants de cette communauté, ce sont des graines de semence qui font rêver à un avenir meilleur. Carmen Riviera, missionnaire laïque associée au P.M.É, est incontestablement la grande responsable de cette belle réussite humaine.

Les femmes, mères de famille et grand-mères, sont très impliquées dans tout le processus éducatif qu'il s'agisse de l'aide aux devoirs, de la supervision de leurs jeunes pendant qu'ils apprennent à d'autres jeunes à lire, à écrire, à dessiner, à danser, etc. Trois mères qui sont aussi les leaders du groupe préparent le dîner à tous les enfants qui vont à l’école. Entre 25 et trente dîners servis tous les jours. 

Il s'agit concrètement, pour la Fondation Le Pont, de soutenir,  en 2018,  35 enfants, garçons et filles, qui reçoivent directement une bourse : ils reçoivent leurs effets scolaires, leur uniforme, et nous payons leur transport pour ceux qui en ont besoin, de même que leur repas du midi pour un montant de 15 000 $. Ils sont entrés (à l’école) au mois de février, cependant, à certains, on a leur a chargé le mois de janvier.

 

Indirectement, nous avons appuyé l’école Israel Munoz Franco, en apportant des aliments pour la collation scolaire, des semences pour le jardin potager scolaire, et avec l’aide d’un instructeur technique pour les jardins potagers de l’école, ceci afin de créer des alliances et mener à bien ce gros travail. Avec eux, à partir du mois d’avril, on les fera bénéficier du Nutrimix. Cette école est notre école pilote où nous voulons expérimenter ce riche aliment qui sera donné à tous les enfants de l’école, de préférence aux enfants les plus pauvres. À certains d’entre eux, on leur donnera leurs effets scolaires et leur uniforme au mois d’avril.

 

Dans les communautés de Loma Alta et La Union, nous avons 15 enfants boursiers, et qui reçoivent aussi leur repas du midi tous les jours.

Dans la communauté de Ojojona, nous aidons seulement 4 enfants, en espérant que nous pourrons plus tard élargir la couverture à d’autres enfants qui en ont vraiment besoin.

Chaque enfant qui reçoit une bourse s’engage à donner au suivant : par exemple, un jeune enfant de première année (8 ans) est responsable de 2 autres enfants et leur montre à former des lettres et faire des petits calculs sous la surveillance bienveillante de sa mère. Un autre jeune qui finit son Secondaire V et qui a étudié l’agronomie, montre aux mères de familles comment faire un jardin. Il fournit des semences et leur apprend comment les utiliser. À ce jour, ce jeune, a réuni 84 familles désireuses d’avoir un potager pour donner à leurs enfants une alimentation saine. Il est si fier de cette réalisation, c’est incroyable ! Un autre qui est bon en dessin, enseigne le dessin à ses pairs. Une autre jeune femme, étudiante en soins infirmiers réunit des aînées et prend soin d’elles. Elle a dit qu’elle espère vivre jusqu'à soixante ans parce que le sort des jeunes femmes au Honduras est extrêmement précaire. La violence fait en sorte que plusieurs d’entre elles n’excèdent pas l`âge de 30 ans. Pour elle, vieillir est un privilège.

Malgré ce contexte difficile dans lequel vivent ces enfants et ces mères de famille, nous avons constaté que les jeunes veulent apprendre à pêcher et le montrer aux autres. C’est très beau. Ils vont à l’école et ils en sont très reconnaissants. Leur façon de le prouver est de s’impliquer socialement au meilleur de leur talent. Ils savent qu’ils peuvent jouer un rôle dans leur petite communauté et ils sont très fiers de cela. Ils partagent leurs talents avec leurs compagnons avec fierté et bonheur.

Leur façon de le prouver est de s’impliquer socialement au meilleur de leur talent. Ils savent qu’ils peuvent jouer un rôle dans leur petite communauté et ils sont très fiers de cela. Ils partagent leurs talents avec leurs compagnons avec fierté et bonheur.

Kenya Mirror of Hope 2018

Kenya Mirror of Hope 2018

En 2018, La Fondation le Pont continue d'appuyer la NBO Mirror of Hope dont le sympathique responsable est Thomas Nyawir. Le projet se divise en deux volets, un éducatif et, l'autre, qui concerne davantage le côté récréatif.

Cinq étudiants ont été sélectionnés en 2017 pour aller à l'école selon des critères bien précis. Il s'agit de: Stella Atieno, Reuben Musyoka, Anold Marani, Victor Omondi, Immaculate Atien. 

En 2017, c'était une année électorale au Kenya et nos jeunes écoliers ont manqué plusieurs jours de classe à cause de la violence qui a sévi durant cette période. Le début de 2018 marque une acalmie politique et un retour à la normale pour nos jeunes écoliers.

Le "Holyday Program" consiste à occuper  une centaine de  jeunes de Kibera durant les fins de semaine, les congés et les vacances. Des éducateurs les animent et les guident dans différentes sortes d'activités: la danse, la couture, le chant, le théatre, etc. Ils reçoivent aussi un repas et des collations qu'ils n'auraient pas s'ils restaient dans leurs familles. C'est une façon extraordinaire de les rendre dignes et fiers. La Fondation le Pont est heureuse d'appuyer cette belle initiative à la hauteur de 12 000 $ par année (2017-2018-2019).

 

Kenya Elyon Precious Kids 2018

Kenya Elyon Precious Kids 2018

A la fin de l'année 2017, une nouvelle maternelle de Kibera a reçu notre appui. Elle porte le nom d'Elyon Precious Kids. Trois professeurs et une bénévole la portent à bout de bras. Il s'agit de Rosemary Ahono, Jennifer Atieno, Judy Akinyi et Sarah Ahono, fille de Rosemary et bénévole. La maternelle est bien ancrée au coeur de Kibera et s'adresse principalement aux enfants vulnérables et orphelins du SIDA. Rosemary veut consacrer le reste de sa vie à aider les orphelins du SIDA à accéder à l'éducation.

Rencontrer d'anciens étudiants qui ont franchi les portes du primaire et du secondaire la motive à poursuivre sa mission d'éducatrice. "Elle est parce qu'ils sont!" 

Nous souhaitons la meilleure des chances à la maternelle Star of Hope  que nous avons soutenue pendant les sept dernières années. La mission et la vision de la direction de la maternelle ont changé cette dernière année. C'est pourquoi nous avons décidé, à la suggestion de Sofia Diez, laïque associée aux Missions-Étrangères et notre représentante sur le terrain, d'épauler la maternelle d'Elyon Precious Kids qui rencontre tous nos critères de sélection et qui sera dirigée par Rosemary Ohano, présente dans nos projets depuis 2006. À la fin de mars 2018, 35 enfants fréquentaient la maternelle. Dans le cadre du démarrage de cette nouvelle maternelle, la Fondation le Pont a versé, en janvier 2018, 4217 $ pour le salaire des professeurs, leur formation continue et l'enregistrement de la maternelle au ministère de l'Éducation du Kenya . Une somme résiduelle d'environ 6 000 $ devrait être versée en juillet 2018

 

QUÉBEC CAMP STIMULI 2018

Le camp Stimuli dirigé par la Clinique d'orthophonie sociale de Québec, est un camp de jour pour les enfants de 4 à 6 ans de la basse-ville de Québec présentant un retard de langage.

Nature et objectifs visés par le projet : 

  1. Offrir un encadrement spécialisé à des enfants qui ont un retard de langage de léger à sévère en vue d'une meilleure préparation à l'école.
  2. Offrir un environnement et des activités adaptées à ces enfants.
  3. Offrir, à la suite d'une évaluation orthophonique individuelle, un plan de traitement adapté à chaque enfant qui combine des activités de groupes et des thérapies individuelles par des orthophonistes qualifiées.

 La Fondation accorde 2 000 $ pour payer l'inscription et la participation de deux enfants à ce camp qui se déroulera du 25 juin au 10 août 2018.

Ce projet s'inscrit dans notre désir d'appuyer des initiatives locales au Québec dédiées à des enfants défavorisés d'ici.

 

 

Kenya Mirror of Hope 2017

Lors de notre voyage au Kenya en novembre 2016, nous avons rencontré Thomas et passé un bon moment avec lui et ses jeunes protégés. Encore là, nous avons vu toute une équipe de jeunes hommes et jeunes femmes se donnant corps et âme pour animer la centaine de jeunes qui composent Mirror of Hope. Nous avons aussi demandé à Thomas de commencer à penser à générer des fonds pour financer certaines activités de Mirror of Hope. Thomas nous apprend que ces jeunes vont escalader le mont Longonot au Kenya.  

Une belle surprise que nous nous empressons d'encourager. Pour les 3 ans à venir Thomas a joué de prudence. Il a sélectionné 5 jeunes pour aller à l'école avec des critères beaucoup plus serrés.  La Fondation le Pont est heureuse de contribuer à Mirror of Hope à la hauteur de 11 000 $.

Mirror of Hope 2016:

"Nous remercions tous les membres de la Fondation le Pont pour le soutien financier consacré à l'éducation des enfants de Mirror of Hope dont la préoccupation constante vise leur mieux-être. Nous sommes heureux de voir nos étudiants embrasser l'idée de redonner à la communauté de Kibera un peu de ce qu'ils ont reçu, c'est leur façon à eux de dire Merci pour le soutien accordé des dernières années. Il s'agit d'un grand signe qui nous confirme que nous formons des dirigeants pour le Kenya futur. Nous formons une génération de jeunes qui sont conscients qu'ils peuvent avoir un impact sur la vie des autres.

Nous nous réjouissons de reconduire notre partenariat avec la Fondation Le Pont pour former de futurs dirigeants qui forceront le changement dont notre pays le Kenya a si désespérément besoin. Nous avons le désir de former une génération de jeunes qui non seulement s'efforceront d'être meilleurs mais aussi qui iront à la rencontre de ceux et celles qui sont dans le besoin et ont grand besoin d'aide. Ce sera une merveilleuse génération."

Merci. Thomas Nyawir

 

Mirror of Hope  2015 : un projet qui s'ouvre

11034327 866490646744286 8881968694283688074 o

 

Message de Thomas Nyawir 24-03-2015

"Je voudrais vous demander de m'envoyer quelques photos des activités de collecte de fonds telles que le Bazar et ROULER POUR BÂTIR. Mon intention est de préparer une présentation power point que je pourrai montrer à tous nos étudiants parrainés par Le Pont. Quand les jeunes verront comment les gens au Canada travaillent très fort pour s'assurer qu'ils aillent à l'école, je pense que cela va les motiver à mettre plus d'efforts dans leurs études. Ils pourront également voir comment les gens au Canada les aiment de façon désintéressée et souhaitent de tout coeur leur succès. En même temps , je veux  qu'ils considèrent ce qu'ils peuvent faire eux-mêmes pour le bien de tous et chacun."

 

Mirror of Hope 2012 - 2015: une fenêtre sur la vie

Mirror of Hope est un organisme communautaire à but non lucratif enregistré auprès du gouvernement du Kenya au ministère du Genre, des Enfants et des Services sociaux. Depuis sa création, Mirror of Hope opère dans le bidonville de Kibera, auprès des enfants touchés par le sida qui ont perdu un ou deux parents emportés par cette terrible maladie. L'organisme fournit un soutien global et des soins particuliers aux orphelins et aux enfants vulnérables, laissés à eux mêmes et baignant dans de lourdes difficultés tant physiques, qu'intellectuelles et morales. Mirror of Hope les prend en charge durant les week-ends et les vacances. Les enfants participent à des activités telles: les jeux récréatifs, le chant, la danse, la formation d'une compétence comme la menuiserie par exemple. Ils apprennent aussi à fabriquer des colliers, des bracelets et des boucles d'oreilles, du savon, etc. Ces activités les aident à reprendre confiance en la vie. De plus, à la demande du responsable Thomas Nyawir qui a reconnu dans certains de ces enfants, de futurs leaders potentiels dans la communauté, la Fondation le Pont s'est engagée à les soutenir dans leurs études. L'accès à l'éducation n'est pas un privilège mais un droit humain qui favorise toutes les facettes du développement de l'autonomie chez l'enfant.

Les défis auxquels fait face la société africaine d'aujourd'hui ne peuvent plus être sous-estimés. L'avenir des orphelins et enfants vulnérables du monde est grandement en danger. Le décrochage scolaire, la négligence, les abus de drogues, les abus sexuels, le manque de modèles, la prostitution, le phénomène des ménages dirigés par des enfants, la traite d'enfants, le manque d'installation de loisirs sont quelques-uns des défis à relever avec ces enfants. La plupart des défis sont particuliers à l'Afrique et sont collés à la réalité du bidonville de Kibera. La façon dont une société s'occupe de ses enfants a une incidence directe sur leur avenir.

 

OBJECTIFS DU PROJET:

(1) Améliorer la qualité de vie des enfants. (2) Créer une atmosphère de confiance où les enfants peuvent partager librement et parler ouvertement de leurs problèmes. (3) Leur transmettre des valeurs et des apprentissages qui les préparent à leur vie future. (4) Leur donner une occasion de se rencontrer et de jouer dans un environnement adapté et loin de leur milieu dysfonctionnel. (5) Leur permettre de faire des choix responsables basés sur des valeurs ajustées.

Ce programme audacieux traite à la fois les questions sociales, psychologiques et physiques de ces enfants et favorisent la formation sur le comportement, le soutien nutritionnel, la thérapie psycho-sociale, le jeu et la restauration des traumas par l'exercice physique.

La Fondation le Pont a déboursé plus de 10 000 $ par année depuis 2012 pour soutenir ce projet d'initiatives locales et favoriser l'accès à l'éducation pour une demi-douzaine de ces jeunes.

Mirror of Hope 

KENYA PROJET JEUNES DE NAMANGA 2015

KENYA PROJET JEUNES DE NAMANGA 2015

Répondant à l’appel de Sonia Allaire, missionnaire laïque associée à la Société des Missions-Étrangères au Kenya, la Fondation le Pont soutient dans leurs études 5 jeunes dont quatre orphelins du sida afin qu’ils apprennent un métier et se débrouillent dans la vie.

Kennedy, 19 ans fait un cours de mécanique à l’école Apostles of Jesus à Nairobi.

Maina, 14 ans fait un cours de mécanique à l’école Apostles of Jesus à Nairobi.

Joki, 13 ans fait un cours de cuisine à l’école Apostles of Jesus à Nairobi et poursuivra un cours de cuisine plus perfectionné au collège de L’Eau Vive à Nairobi.

Sofia, 9 ans, toujours à la maternelle (nursery). Elle espère commencer sa première année à l’école pensionnaire Tumaini Academy à Namanga.

À cause de leur situation familiale (ils sont frères et sœurs), ces quatre enfants ne savent pratiquement pas lire ni écrire. C’est une chance inouïe que les trois premiers aient l’opportunité d’apprendre un métier. Ils seront mieux outillés pour affronter la vie.

Sam 18 ans fait des études avancées en comptabilité au Kiambu Institute of Science and Technology.

 

Dans notre galerie photo...

045
11034327 866490646744286 8881968694283688074 O
ImbeauDuqette4
Feeding Lovely Whose Parents Died In The Earthquake.   Copy

Proverbes

Ubuntu  "Je suis parce que nous sommes !"

"Quel que soit le coût de nos bibliothèques, le prix est bon marché comparé à celui d'une nation d'ignorants. " Walter Cronkites

"Quand vous ouvrez une école, vous fermez une prison" Victor Hugo

"Éduquer un homme, c'est éduquer une personne ; éduquer une femme, c'est éduquer tout un peuple "Mahatma Gandhi

 

Pour faire un don...

donnez